Chat squatte

Depuis quelques temps, un chat se balade près de la maison de Charlotte. Au fil des semaines, ses visites sont devenues quotidiennes et le petit vadrouilleur obtient désormais des caresses et de la nourriture…

A première vue, il sembla à Charlotte que ce petit matou, probablement domicilié dans le voisinage, cherchait un peu de compagnie mais le temps passant, son ami semblait déterminé à obtenir sa gamelle de croquettes avant de partir vers d’autres aventures.

Prise de pitié et d’affection pour le chat, elle donna à ce dernier de quoi se sustenter à chaque passage. Son nouvel ami commença peu à peu à élire domicile chez elle.

En réalité

Ce chat, c’est Maurice. Il est effectivement domicilié dans le village, quelques rues plus loin. Libre de vagabonder, et de nature très territoriale, il chercha à investir de nouveaux lieux, comme par exemple, chez Charlotte. Bien accueilli, il fût en outre renforcé dans sa conquête territoriale par de la nourriture. Bientôt, Maurice passera le plus clair de son temps dans sa maison de vacances, attiré par la nouveauté, les repas et la présence affectueuse de sa nouvelle amie humaine.

Marquer de nouveaux lieux, territorialiser, c’est une activité bien ancrée dans l’éthogramme de nos amis miauleurs. Ce besoin crée une situation très commune, la visite de chats étrangers chez soi. Il existe des personnes qui chassent les intrus avec violence. Il faut alors à tout prix réaliser que leur animalité leur procure une notion de territoire qui n’est pas la nôtre. Pour beaucoup d’autres personnes, des situations comme celles de Charlotte et Maurice se créent.

Les conséquences

Si le fait de nourrir un chat peut sembler anodin à certains, cela ne l’est en réalité pas du tout. En effet, il est tout d’abord impossible de connaître le régime alimentaire de ce dernier ainsi que son état de santé. Est-il allergique ? Soumis à une nourriture spécifique ? En insuffisance rénale ? Nous comprenons déjà que ce geste simple peut s’avérer fatal.

Même si le visiteur est en parfaite santé et tolère très bien l’alimentation que vous lui proposez, il y a le risque que vous l’habituiez à rester chez vous, que vous changiez ses habitudes et influenciez des retours moins fréquents vers son domicile. En cela, vous pouvez causer une réelle inquiétude à des personnes qui se demandent où est passé leur minet. Il est facile de penser qu’un animal est seul, errant ou abandonné. Si vous avez un doute, vous pouvez poster sa photo sur les réseaux, demander en mairie, au voisinage ou demander au vétérinaire ou à une association une identification de l’animal (pour peu que ce dernier soit pucé).

Si vous êtes dans la situation inverse, et que vous laissez votre chat se balader, il est impératif de le faire identifier pour qu’il puisse être légalement relié à vous. Attention aux colliers qui peuvent être très dangereux en s’accrochant à une branche par exemple ! La puce électronique reste la solution plus avantageuse.

Alors belles balades à nos amis félins et bon dimanche les chamoureux !

 

Jessica CHRIST – La Petite Griffe

Article publié dans les DNA – juillet 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *