Le chat noir

A l’approche d’Halloween, il est un chat qui, parmi les autres, qui trouve enfin son heure de gloire. Accompagnant les sorcières sur leur balais, vous aurez reconnu le chat noir…

Pour nous, les humains, l’apparence compte énormément. Nous avons donc l’habitude de classer les choses, les animaux et même parfois les êtres humains, par des critères physiques, esthétiques. Il est un animal en particulier qui, rien que par son apparence, a alimenté mythes, légendes et superstitions chez l’Homme…

Parmi le nombre assez incroyable de croyances reliées à ce petit compagnon, il n’est pas toujours considéré comme un être maléfique apportant un message funeste.

En effet, le chat noir effraie et fascine. Les légendes racontent qu’il est le compagnon de la sorcière, une personnification du démon, qu’il voit ce que nous ne voyons pas.

Au brésil par exemple, il est apprécié pour ses vertus protectrices. En Angleterre, contrairement à la France, il est considéré comme un porte bonheur, il est souvent relié à des histoires où il apporte la chance. Ces différences de réputation à travers le monde existent pour d’autres espèces qui d’un pays à l’autre sont tantôt considérées comme des divinités, tantôt détestés, bien qu’avouons-le, ces créatures n’ont jamais rien demandé à personne…

Le phénomène part certainement de cette allure fascinante du félin sombre dans la pénombre, de ses seuls yeux verts qui luisent dans la nuit et de la vision que cet ensemble crée. Comme tous les chats, ses yeux réfléchissent fortement la lumière, il ne voit pas dans le noir complet mais un filet de lumière suffit à lui procurer une bonne vision nocturne. Cette compétence est bien évidement utile pour chasser. La prédation justement. N’est-ce pas là une bonne raison de s’accompagner d’un miauleur ? Certainement ! Et pour cause, il se trouve qu’au moyen âge, la fabrication de la bière revenait globalement aux femmes. Elles brassaient dans de grands chaudrons, accrochaient des balais au-dessus de leurs portes comme signe distinctif et stockaient beaucoup de grains pour la fabrication de leur breuvage. Qui dit grain dit souris, et vous l’aurez compris, qui dit souris… dit chat. Cette image de sorcière et de son acolyte provient certainement, en partie, de ces femmes qui brassaient la bière.

Aujourd’hui encore, victime de sa réputation, il ne fait pas bon être un chat noir en refuge. En effet, le taux d’adoption de ces derniers est significativement plus faible, certaines associations se sont même lancées exclusivement dans des campagnes d’adoption pour les chats noirs. Alors comment se fait-il qu’en 2018, ces animaux soient encore délaissés ? Les superstitions ont bien sûr la dent dure mais n’est-il pas grand temps d’y mettre un terme ?

Sur ces quelques mots d’histoire et de réflexion, je vous laisse préparer votre maison avec la décoration adaptée à la saison. Si vous avez de la chance, vous avez peut-être un matou charbonneux pour être parfaitement dans le thème ! Happy Halloween les chamoureux !

 

Jessica CHRIST – La Petite Griffe

Article publié dans les DNA – octobre 2018

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.